Posted in Collectif Slow Lifestyle

Monnaire locale: prends-en de la Graine

Monnaire locale: prends-en de la Graine Posted on 23 septembre 2019

Une monnaie locale sur Montpellier ? C’est déjà une réalité depuis 2018 ! Elle s’appelle La Graine et elle sème sur son passage des valeurs qu’on aime : le respect de l’environnement, la solidarité, la non-spéculation et la démocratie. Rien que ça ! Voici le FAQ de La Graine pour répondre à toutes vos questions. Merci à Hermione Ferrier, l’un des fondatrices de s’être prêtée au jeu.

Une monnaie locale, à quoi ça sert ?

Au niveau économique, on sous-estime complètement le pouvoir énorme que nous avons en tant que consommateur. Je pense que beaucoup de gens maintenant ont compris qu’on marche sur la tête à faire venir, par exemple, du bio d’Amérique Latine. Autre exemple complètement fou : les tomates du sud de la France sont centralisées sur Paris et elles sont redispatchées ensuite. Donc une partie d’entre elles, doit retourner dans le sud pour y être commercialisées !

On comprend alors l’importance fondamentale d’une économie recentralisée et dynamique au niveau régional. Et on ne peut pas atteindre cet objectif avec l’euro uniquement. L’euro nous échappe complètement. Quand vous placez votre argent dans une banque, vous ne savez pas du tout à quoi sert votre argent. Et il y a de fortes chances pour qu’ils servent à des projets qui vont à l’encontre de vos valeurs.

Comment ça marche ?

Contrairement aux systèmes de trocs ou aux échanges basés sur le temps, les monnaies locales intègrent le réseau financier tout en restant autonomes. Une unité de monnaie locale est égale à un euro. Tout ce qu’on transforme en Graine doit être stocké en euro dans un compte de dépôt. C’est une obligation pour toutes les monnaies locales (cf. la loi 2014 sur l’ESS) C’est donc une garantie pour les utilisateurs et les utilisatrices car il n’y a pas de création réelle de monnaie. S’il y avait un problème, tout le monde pourrait récupérer ses billes. 

Est-ce qu’on peut déjà payer avec la Graine ?

Oui, bien sûr ! Il y a environ 30 000 Graines émises, 20 000 en circulation et 302 utilisateurs. Nous avons édité des Graines en billets papier. Ce sont des étudiants en graphisme de l’École des Beaux Arts de Montpellier qui ont créé le design des billets. Ensuite, nous les avons fait sécuriser par une imprimerie spécialisée dans la sécurisation. Pour devenir utilisateur, il faut adhérer à l’association. C’est une cotisation libre (20 euros indicatifs pour financer le fonctionnement de l’association). Ensuite, vous pouvez échanger vos euros en Graines, soit au comptoir principal au Faubourg des associations de Montpellier, soit dans l’un des 5 comptoirs de change chez nos différents prestataires. On espère pouvoir dématérialiser la monnaieassez rapidement, c’est-à-dire mettre en place une application qui permette d’acheter des Graines en ligne et de payer directement chez les commerçants. Ça permettra aux utilisateurs de ne plus avoir à se déplacer pour échanger leurs euros en Graines.

Hermione Ferrier

Où est-ce qu’on peut acheter en Graine ?

Il y a une soixantaine de commerces qui participent. Nous invitons les utilisateurs à consulter l’annuaire des prestataires (https://lagraine34.org/annuaire-des-prestataires/) où ils peuvent trouver une carte qui référence tous les professionnels participants.

L’idée de départ de La Graine, c’est d’amener les consommateurs à s’orienter vers des prestataires de biens et de services qui ont une démarche responsable. Mais quel est l’avantage de passer par La Graine quand le consommateur a déjà des habitudes de consommation locales et responsables?

C’est plus facile de comprendre avec un exemple. Si je vais dépenser des Graines pour acheter du pain chez mon boulanger qui accepte les Graines, le boulanger, lui va acheter sa farine chez un fournisseur qui fait partie du réseau de La Graine et qui a lui-même une démarche responsable pour fabriquer sa farine. Je sais donc que les Graines ne pourront que rester dans un réseau qui porte les mêmes valeurs. C’est donc un cercle vertueux qui ne concerne pas uniquement les commerçants en contact direct avec les consommateurs mais aussi les fournisseurs et prestataires qui sont en amont de la chaîne. En revanche, si je vais chez le même boulanger et que je paie en euro, les euros sortiront du réseau et échapperont à cette économie locale et durable.  L’idée, c’est donc de constituer un réseau de consommateurs, commerçants, producteurs-productrices, prestataires de services qui portent les mêmes valeurs et qui permet une circulation plus rapide de biens et de services au niveau local.

Et pour les prestataires, comment ça marche ?

L’adhésion à l’association n’est pas la même pour les prestataires que pour les utilisateurs.

Pour les prestataires, la cotisation est fixe. Elle est de 80 euros par an pour un prestataire avec 1 ou 2 salariés et de 160 euros par an à partir de 3 salariés. Le plus important pour un prestataire qui souhaite faire partie du réseau de La Graine, c’est qu’il soit dans une démarche de changement. On sait que les changements d’habitudes prennent du temps. On leur propose donc de trouver un défi pour les encourager à avancer dans leur démarche de changement.  

Que deviennent les euros échangés contre les Graines et donc mis en dépôt ?

Nous avons choisi une banque éthique à Montpellier. En France, les monnaies locales ont signé un partenariat au niveau national avec la Nef. Ainsi, toutes les sommes mises en dépôt sont utilisées pour prêter à des projets éthiques et locaux choisis par les monnaies locales. La Nef s’est engagée à prêter le double de l’argent déposé en compte de dépôt par la monnaie locale.

Et si un utilisateur ou un prestataire veut quitter le circuit de la Graine, comment ça se passe ?

Un utilisateur ne récupère pas ses euros. Mais comme les utilisateurs n’échangent que des petites sommes, quelqu’un qui voudrait quitter l’association finit de dépenser ses Graines et ne renouvelle pas son adhésion.

C’est différent pour les prestataires. Ils peuvent avoir besoin de nous rapporter des Graines s’ils en stockent trop. Il faut qu’on émaille au niveau des fournisseurs pour que cela circule. S’ils nous rapportent des Graines, il y a une décote de 2% sur le change. C’est vraiment à titre dissuasif, c’est important d’essayer de les réutiliser et l’équipe La Graine se rend disponible pour aider les professionnels dans ce sens.

Dans le cas de force majeure où La Graine s’arrête de fonctionner, tout le monde peut récupérer ses billes. Mais nous sommes confiants que cet outil monétaire répond à une attente inscrite dans cette urgence actuelle d’un changement de comportement et d’habitudes de consommation.

Permanences tous les jours de 17h00 à 19h00 au Faubourg
15 rue du Faubourg de Nîmes (arrêt de tram Corum)
Pour un rendez-vous en tant que prestataire:
06 18 68 98 31
https://lagraine34.org