Posted in S'épanouir au travail Slow Lifestyle

A la Ruche de Montpellier, on cultive l’Happy thérapie

A la Ruche de Montpellier, on cultive l’Happy thérapie Posted on 14 mai 2019

La Ruche, c’est un espace de coworking collaboratif qui a ouvert ses portes dans le centre de Montpellier en 2017. Dans cet appartement au charme rétro du 19ème siècle, les entrepreneurs se retrouvent autour de valeurs communes. Reportage dans cet endroit inhabituel où le bonheur au travail est la clé de la réussite.  

L’endroit est particulièrement calme à mon arrivée. L’ambiance y est studieuse et les entrepreneurs affairés au développement de leur projet. Ce n’est que de courte durée. A l’approche de la pause déjeuner, ce qui aurait pu ressembler à un simple espace de travail partagé prend vit tout à coup. Les uns s’interpellent dans le couloir, les autres, qui se croisent pour la première fois, profitent de la cage d’escalier pour présenter leur activité, la salle de réunion se transforme en atelier DIY pour fabriquer de la crème cosmétique et la cuisine retentit d’éclats de rires. Ici, partager le repas avec les autres, s’assurer de connaître tout le monde et mettre à disposition ses compétences (que ce soit pour le plaisir ou pour apporter son aide à un coworker) font partie de la philosophie du lieu.  

« Au départ, je présentais l’endroit comme étant réservé aux entrepreneurs en innovation sociale. Finalement, nous avons aussi accepté des activités classiques. Le plus important pour nous, c’est que l’individu adhère aux valeurs de bienveillance, d’écologie et qu’il vienne avec l’envie de collaborer, de partager son expérience », explique Christelle Siddi. La reine de la Ruche, c’est elle. Une jeune trentenaire qui a plaqué Paris et son ancien boulot, pourtant très bien payé, pour ouvrir cet espace de coworking où business et bienveillance font bon ménage. Et aujourd’hui, une toute jeune maman qui me reçoit avec son nouveau-né dans les bras. D’ailleurs d’une reine, Christelle ne garde que la vision maternaliste. Elle est là pour veiller  à l’incubation, au développement de l’activité et, surtout, au bien-être de ses abeilles. Elle qui a frôlé le burn-out il y a quelques années, s’est mis en tête de créer un endroit où il ferait bon travailler.

Tout est parti de là, en fait. Au départ, son projet prend la forme d’un espace de coworking où des partenaires extérieurs viendraient livrer du bonheur clé en main par le yoga ou la méditation. Au moment où elle s’apprête à lancer sa marque, elle organise une visite impromptue à la Ruche de Paris. Pour voir la déco. Là, Christelle se rend compte que le bonheur au travail n’est peut-être pas là où elle l’avait cherché mais tout simplement dans la chaleur d’un lieu, le partage de valeurs communes, l’échange d’expériences et le réseau d’entraide. Changement de cap, donc. En 15 jours, l’entrepreneuse décide d’embarquer avec le réseau des Ruches (dont la première a été créée à Paris en 2008) pour essaimer la sienne à Montpellier. « Finalement, les coworkers me disent que la bienveillance qui règne à la Ruche et les liens qui se créent suffisent à leur bien-être et les aident à développer leur activité. Certains n’hésitent pas à faire un saut à La Ruche en cas de problématique parce qu’ils savent qu’ils vont trouver une solution, parfois simplement en discutant à la machine à café.

Le Buzz

Ici, tout est fait pour créer du lien et de l’interaction entre les coworkers. A l’entrée, chacun dispose d’une alvéole pour dresser son portrait d’entrepreneur. Sur le tableau d’affichage, l’ensemble des alvéoles forme un maillage symbolique d’individus bien distincts, mais connectés.  Et prêts à partager toutes sortes de compétences. On y butine de la pâtisserie, de la couture, de l’anglais, de l’escalade mais aussi de l’import/export et de la coordination de projets. Tous les vendredis midi, un repas partagé réunit tous les coworkers. Ils appellent ça, le Buzz. On y vient pour tenir les autres au courant de son actualité et parfois dire ce qu’on aimerait mettre en place ou changer. Il arrive même qu’une simple discussion découle sur d’importants contrats. Comme Laetitia, urbaniste, qui a décroché un appel d’offre grâce à la constitution d’une équipe pluridisciplinaire en interne.

Toujours dans le même esprit, la Ruche a mis en place des ateliers de codéveloppement. Un entrepreneur est bloqué et n’arrive pas à trouver de solution ? On fait appel à l’intelligence collective. Un groupe de volontaire se réunit pour réfléchir à sa problématique. « Ce qui est intéressant, c’est qu’en réfléchissant pour les autres, on trouve aussi des solutions pour nous-mêmes. On se rend compte qu’on n’applique pas toujours les conseils qu’on prodigue. On donne du temps à l’autre mais on apprend aussi énormément. » Même la Reine de la Ruche a eu droit à son atelier de codéveloppement quand il s’est agi d’ouvrir un deuxième espace de coworking à Castelnau-le-Lez. « On voulait ouvrir un espace en périphérie de Montpellier parce qu’il y avait un réel besoin mais en même temps, je craignais que cela dilue la communauté », raconte Christelle qui a donc bénéficié des conseils de ses « clients » pour la stratégie de développement de sa propre entreprise. L’absence de hiérarchie y joue d’ailleurs pour beaucoup dans la sérénité des relations. Ici, on peut évoquer ses problèmes sans avoir peur d’être jugé ou mis au banc par son supérieur, voire ses collègues.

Christelle a perdu un 0 sur son salaire, le temps du démarrage de l’activité. Mais elle a trouvé bien autre chose. « Découvrir de nouveaux métiers, rencontrer de nouvelles personnes, ça me nourrit mille fois plus que le boulot que j’avais avant où j’avais tellement la tête dans le guidon que je ne profitais de rien. Ma récompense, c’est de voir que le projet de nos entrepreneurs fonctionne ».

La Ruche de Montpellier
10 rue Marceau
34 000 Montpellier
https://la-ruche.net/ruche/montpellier/